De 1912, son inauguration, à 1998, sa fermeture, l’École Normale de Savenay a été un passage obligé pour tous les élèves instituteurs, non seulement de la Loire-Inférieure, mais également du Morbihan pendant un certain temps. De nombreuses générations s’y sont succèdées, en autant de promotions issues des classes populaires pour la plupart, et de nombreux jeunes hommes, déjà ou futurs communistes.

René Gomichon (1883-1943), fut secrétaire de la section communiste de Nantes (jusqu’en 1924) et de la Fédération communiste de la Loire-Inférieure après le congrès de Tours. Il devint également secrétaire du nouveau syndicat CGTU des métaux [1]. Démissionnaire de cette dernière responsabilité, il reste secrétaire de l’Union départementale CGTU.

Avec des parents engagés, c’est très naturellement que Gérard Rastel est entré en politique : sa mère faisait partie du Comité de libération d’Henri Martin pendant la guerre d’Indochine et son père, travaillant comme docker, a participé du mouvement qui refusait le déchargement des armes américaines dans le cadre de la guerre de Corée. À 12 ans, « Gégé » était porte-drapeau pour « l’Union des vaillants et vaillantes » aux commémorations de Chateaubriant.

Numériser les anciens numéros des NLA est un travail fastidieux et utile, on y croise ce qui fait le sens de l’activité des communistes de Loire-Atlantique. Comme des lignes rouges dans la continuité, tout en se renouvelant, la navale, l’aéronautique, le port, la paix, les réalités sociales, populaires et citoyennes ou les luttes économiques… Les Nouvelles, c’est également la lête, le livre, la culture, l’Huma-café… De plein pied dans le mouvement réel. Constater, réagir et aussi proposer. 

J’ai adhéré au Parti en 2007. J’étais à l’époque étudiante à Angers. Dès le début de mes études en 2004, je me suis investie dans le syndicalisme étudiant à l’UNEF. J’y ai rencontré des camarades, communistes pour certains. L’année 2006 a été la plus marquante avec la mobilisation contre le Contrat Première Embauche. A Angers comme partout ailleurs en France, la mobilisation étudiante notamment a été massive et intense. Un comité de mobilisation s’est mis en place avec les syndicats et organisations étudiantes.

C'est le samedi 8 mars 1946 que le vice-président du gouvernement provisoire de la République arrive à Nantes avec François Billoux, ministre communiste de la Reconstruction et de l'Urbanisme (derrière l'épaule droite de l'homme d'Etat) pour poser la 1ere pierre de la cité ouvrière du Grand Clos, derrière les Batignolles.

C’est le 19 décembre 1920 qu’a lieu, à Nantes, au siège de la fédération, rue de l’Industrie, dans le quartier du Marchix, le congrès fédéral préparatoire au congrès du Parti socialiste qui se tiendra une semaine plus tard à Tours. Un rapport de police adressé au préfet* nous en livre la teneur. 37 délégués représentant 10 des 12 sections du parti (Vallet et Blain sont absentes) débattaient des 3 motions soumises à l’approbation des 958 adhérents du département.

  • PCF 44 : cent ans d'avenir

En 2020-21, le Parti communiste fêtera ses 100 ans : cent ans de combats, cent ans d’alliances populaires, cent ans de résistances, cent ans de recherches, cent ans de conquêtes, cent ans d’ambitions, cent ans d’inventions…

Ce centenaire, il est celui de toutes celles et tous ceux qui ont milité dans ce parti, qui ont voté pour ce parti, qui ont souscrit pour ce parti, qui ont rêvé avec ce parti, qui ont lutté avec ce parti. Il est celui de tous ceux qui savent que le visage de la France d’aujourd’hui ne serait pas le même si des millions d’hommes et de femmes - métallos et artistes, cheminots et scientifiques, mineurs et instits, paysans et artisans… - n’avaient pas décidé d’agir avec le Parti communiste pendant ces dix décennies.

Dans le cadre du centenaire du Parti communiste français, les Nouvelles de  Loire-Atlantique demandent à un certain nombre de militantes et de militants du département de se raconter. Chacun sera invité à dire, entre autres choses, ce qui l’a fait rejoindre le PCF, ce qui l’a marqué dans le cadre de son engagement ou encore comment il ou elle perçoit l’avenir du Parti... Cette suite de témoignages issus de générations différentes permettra de multiplier les points de vue et de donner une vision d’ensemble sur le communisme en Loire-Atlantique.

Cette année les commémorations se dérouleront du vendredi 16 octobre au dimanche 18 octobre, en hommage au 50 otages dont 48 seront fusillés à Nantes au terrain du Bêle, dans la carrière de Châteaubriant et au Fort du Mont Valérien par les nazis. Parce qu’il ne faut jamais oublier ce qu’il s’est passé en octobre 1941, de nombreuses cérémonies et commémorations auront lieu dans notre département.

Pages