A paraître début 2022, aux éditions du Petit Pavé, «100 ans de communistes en Loire-Atlantique (1920-2020)». Trois questions à Jean-Yves Martin, historien, sur cette parution.

Pourquoi ce livre ?

Il fait suite au centenaire du PCF 1920-2020, dont les initiatives n’ont pu être qu’en partie tenues, ayant été perturbé et retardé par l’épidémie et ses confinements répétés. Il comportait une exposition, des conférences et spectacles sur internet, devenues des vidéos toujours consultables sur le site pcf-44.fr, et une page Facebook collectant les témoignages de camarades. Ce livre est le fruit du travail collectif d’une petite équipe qui y travaille depuis plus d’un an : Pierre Daguet, Pascal Divay, Michel Rica, Clément Chebanier, Véronique Mahé, Yann Vince et moi-même.

Pascal Divay (adh. 1975) : Nantes – Paris - Berlin… etc.

Pierre Daguet (2010) : Engagement

Venant d'une famille protestante où la pratique religieuse était quotidienne - chant de remerciement avant de manger, lecture de récits bibliques le soir -, la route était longue pour arriver au parti communiste. Je me situais donc, à 18 ans, dans cette droite libérale – Giscard-Barre-Veil -.

Le témoignage de Paul Plantive (1972)

Tout jeune, j’étais sympathisant du P. C. F.

Ce n’était pas un hasard que j’avais ces idées. Mon père, René, Chaudronnier à l’Arsenal d’Indret, m’avait ouvert le chemin.

A 15 ans, je rentre comme apprenti aux Ateliers et Magasins des Coteaux au Pellerin.

« Ce qui m’a fait rejoindre le Parti communiste français, c’est certainement le fait d’être né dans une famille modeste, une famille ouvrière avec 5 enfants. Mon père était fraiseur à Saunier Duval et ma mère faisait des ménages et si les fenêtres de l’HLM où nous habitions avaient plusieurs carreaux, elles donnaient quand même à moins de 30 mètres sur la cour de l’usine des Batignolles.

Une nouvelle campagne de tri et de classement des archives de la fédération de Loire-Atlantique a eu lieu de mai à juillet. C’était nécessaire ! Maîtriser nos archives et les rendre accessibles aux historiens, chercheurs, étudiants, militants, citoyens… demeure une de nos dimensions politiques. Un dépôt d’une partie de nos archives (puisque nous en restons propriétaire) sera organisé probablement à l’automne après examens et décisions.
 

Dimanche 17 octobre 2021 - 13h30

Samedi 16 octobre
- 14h 00 : Inauguration d’une plaque en hommage à Jules Auffret, Marc Bourhis et Guy Môquet au cimetière du Petit Auverné
- 15h 00 : vente dédicace du livre « En vie, En joue, Enjeux » sur les 50 otages à la médiathèque de Châteaubriant
- 20h 30 : conférence de Thomas Fontaine, directeur du Musée national de la Résistance au théâtre de Verre

« Autant le principe de mon adhésion à la CGT était évident dès mon adolescence ce que j’ai fait dès le premier jour de mon entrée dans la vie active. Il n’en était pas de même pour mon adhésion au PCF, même si dans ma famille proche plusieurs personnes en étaient adhérentes (père, grand-père maternel …). Il faut dire que je venais d’avoir 22 ans le 10 mai 1981 avec tout ce que cela comportait de naïveté et d’illusions.

"Prisonnier en 1940, après 5 ans en Allemagne, notre père Raoul à son retour de captivité, avait trouvé un poste d’aide-comptable aux Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire. Chaque jour, Il faisait l’aller-retour en vélo depuis HERBIGNAC, au nord de la Brière. La fin de la semaine se passait à bêcher le jardin, pour nourrir sa femme et ses quatre enfants.

Sans doute c’était dans l’air du temps ? Toujours est-il qu’à l’automne 52, l’idée lui vint que l’avenir de sa famille serait mieux assuré en partant travailler à Paris.

« Chtimi d’origine, comme le Camarade Fabien ROUSSEL, je suis issu d’une fratrie de six Garçons, avec une Maman au foyer ayant quitté le monde du travail à l’usine pour s’occuper de ses enfants, et un père Agent EDF/GDF. Mon Grand-Père et mon Arrière-Grand-Père ont été faits prisonniers de guerre et envoyés en Allemagne. Ils m’ont raconté la guerre et étaient des grands militants pour la paix. Mes parents nous ont raconté l’exode, car les Boches, comme disait ma mère, sont à chaque fois rentrés par la Belgique et il fallait fuir, ne sachant ce qui allait leur arriver.

Pages